Le privilège du fric

Une voie d’accès à Paris sur la A1 interdite aux motos (et aux véhicules particuliers) … Mais empruntable par les taxis (mais pas les VTC, bien qu’il y aurait une procédure en cours).
Là je ne pige pas : On autorise des intérêts privés à circuler sur une voie publique en y interdisant d’autres usagers. Une vrai énigme.
Au nom de quoi ? De la fluidité du trafic, non je ne crois pas.
Alors quoi ? Le Fric ? Je ne vois pas d’autres explications.
Bravo M. Le Préfet de Seine-Saint-Denis !
Alors que faire ? Et bien y interdire les taxis également. C’est simple. Et ne permettre qu’aux transports en commun d’y circuler.